Château Lafaurie Peyraguey

Château Lafaurie Peyraguey

Les plus vieilles pierres du Château Lafaurie-Peyraguey à Sauternes, extraites des carrières du Ciron, toutes proches, dateraient du 13ème siècle.


Le premier propriétaire connu est le Sieur Raymond Peyraguey, installé à Bommes en 1618. C'est un « bourgeois rural », comme aime bien l'appeler l'historien Coudroy de Lille, qui précise qu'il fait partie de ceux qui ont tenté, dès le 17ème siècle, « la grande aventure des vins, sinon liquoreux, tout au moins au goût sucré ».


La deuxième naissance de Lafaurie-Peyraguey a lieu le 17 juillet 1742, lorsque le Baron de Pichard achète le vignoble. Pichard doit être considéré comme le fondateur du domaine, c'est-à-dire celui qui eut le premier l'intuition de créer ici un vignoble de rapport, selon une culture méthodique, des installations adaptées et des investissements appropriés. À sa mort, l'inventaire fera apparaître l'existence d'un vignoble de près de 30 hectares en production, d'un chai comportant 5 pressoirs, deux cuves et de nombreux « vaisseaux vinaires ».


Pichard fut guillotiné en 1794. Ses propriétés furent confisquées et classées chacune comme « bien national ».


Deux ans plus tard, le 22 juin 1796, la République met en vente « le domaine appelé Peyraguey et ses dépendances ». Il est acheté par M. Lafaurie, habitant de Preignac. Sous l'influence de M. Lafaurie, la qualité et l'image du vin remontèrent vers les sommets et paraît-il que le roi Alphonse XII d'Espagne fit de Peyraguey son vin de prédilection. Lafaurie fit don de Peyraguey à ses deux fils en 1837.


En 1855, lors du classement des Vins de Bordeaux, fut adjoint au premier rang le Château Haut-Brion, seul vin des Graves alors retenu. Soixante crus du Médoc furent aussi classés par les courtiers de Bordeaux de même que 21 crus du sauternais.


Ces derniers ont été répartis en trois catégories : un premier cru supérieur (le Château d'Yquem), les premiers crus et les seconds. Le Château Lafaurie Peyraguey arriva au deuxième rang au sein de la liste des neuf premiers crus classés sauternais.


En 1865, la veuve Lafaurie vendait la propriété au Comte Duchâtel, propriétaire du Château Lagrange à Saint-Julien.


L'embellie commerciale que vivaient alors les vins de Sauternes permit au Comte Duchâtel de rénover et de moderniser le Château Lafaurie-Peyraguey. Entre 1860 et 1870, un gigantesque chantier transforma le bâtiment, le style architectural actuel est d'ailleurs issu de ces travaux.


Charles Duchatel mourut en 1878 et sa petite-fille, Charlotte de Trémoille, hérita de Lafaurie-Peyraguey sous la tutelle de son père, le Duc Louis de Trémoille, gendre de Duchatel.


En 1879, le domaine est vendu aux enchères à la société de commerce de vins fins Farinel et Grédy, deux négociants installés à Bordeaux sur les quais des Chartrons. Après avoir essuyé les plâtres de l'invasion du vignoble bordelais par le phylloxéra dès 1880 puis du mildiou en 1882, ils durent faire face à une crise importante qui dura une trentaine d'années, ce qui eut raison de leur enthousiasme initial.


C'est au cours de l'été 1917 qu'un négociant lorrain, Désiré Cordier, achète le Château Lafaurie-Peyraguey. Entre 1917 et 1919, Désiré Cordier se porte acquéreur d'autres propriétés de grand renom dans le bordelais dont le Château Gruaud-Larose et le Château Talbot. Après la guerre, Cordier installe à Bordeaux une maison de commerce qui porte encore aujourd'hui son nom. Cette maison assurera en exclusivité la distribution des vins du Château Lafaurie-Peyraguey pendant plus de 80 ans. En 1984, l'ensemble du groupe Cordier est vendu au groupe Suez.

Pas de produit pour ce château.